Prendre rendez-vous en ligne

La sophrologie pour les adolescents


« L’adolescent devient acteur, sujet responsable de sa vie. »

 

sophrologie adolescent

séance de relaxation avec Sidonie


Pourquoi viennent-ils ?

L’adolescence est le temps des turbulences du corps et de l’esprit, un temps de profondes transformations difficiles à appréhender par l’adolescent et son entourage.

La Sophrologie va l’aider à mieux se comprendre, à renforcer sa confiance en lui, à prendre conscience de ses capacités, à améliorer l’image qu’il a de lui-même.

L’adolescent, en proie à d’intenses transformations physiques et psychiques, ne se reconnaît plus. Ses parents, leurs repères mis à mal, ne s’y retrouvent plus, et oscillent en permanence entre doutes et exaspération. Insupportable ? Sans aucun doute, mais normal et inévitable. Car le paradoxe de l’amour parental (c’est « mon » enfant, mais il ne m’appartient pas ; je dois lui apprendre la vie mais ne pas l’empêcher de devenir lui) explose à cette période plus violemment encore qu’auparavant. Notamment à propos des limites, dont l’adolescent (même s’il les conteste) a plus besoin que jamais. Mais qu’il ne peut accepter que si elles encadrent son essor, sans pour autant l’entraver. Il pousse donc ses parents à bout… pour les pousser au bout d’eux-mêmes, car il traque en permanence chez eux le juste et le vrai.

L’adolescence est une période difficile car c’est un âge charnière où l’on n’est ni enfant ni adulte. Tout est en transformation. Sur le plan physique, le jeune est débordé par un flot d’émotions liées à son changement d’aspect et à la découverte de la sexualité. Il se sent devenir un autre. Et, pour poser les bases de sa nouvelle identité, il teste l’autorité parentale, repousse les limites, multiplie les expériences. Ce qui se traduit, sous le toit familial, par une ambiance souvent électrique. Le ton monte, les portes claquent et les parents essaient comme ils peuvent de garder leur calme et leur sang-froid.

sophrologie adolescent

La sophrologie, un temps d’écoute et de partage

Ce que je peux leur offrir :

Leur redonner confiance dans ce qu’ils possèdent déjà, ce qu’ils portent en eux, et le renforcer. Vivre mieux avec leur corps, leur image. En effet la sophrologie travaille sur l’intégration du schéma corporel dans la conscience : « La conquête du corps est la conquête de l’esprit ».

Il va apprendre à maîtriser la méconnaissance de son corps, les troubles qui y sont associés (alimentaires, addictions, troubles du sommeil) ainsi que le rapport à son image.

Les aider dans la préparation des examens et épreuves scolaires : Baccalauréat, examens, exposés à l’oral, mémoire à rendre… La vie d’un étudiant ou d’un lycéen est rythmée par ces périodes et le stress qu’elles peuvent occasionner. 

Alors comment s’y préparer ? Comment réussir à vaincre l’anxiété ?

La Sophro-relaxation permet une approche globale. Elle aide à garder confiance en soi et à rester concentré sur ses objectifs. Elle permet aux élèves de rester motivés et efficaces. D’une manière générale, elle participe à une bonne hygiène de vie, nécessaire pour un bon apprentissage. Elle fonctionne tout simplement en permettant de rester calme et détendu, conditions essentielles pour réussir un examen tel que le baccalauréat.

Les techniques utilisées permettent de se « conditionner », de réviser efficacement et d’aborder le jour J en totale confiance. Le mental est préparé à réussir. La visualisation, l’imagination, la créativité sont mises en avant remplaçant le doute et la peur de l’échec.

Pour être efficace, il faut 6 à 8 séances – à raison d’une séance par semaine ou tous les 15 jours – qui peuvent être individuelles ou collectives. L’idéal est de mettre en place ce protocole le plus tôt possible.

Mes rencontres :

Quentin 19 ans (prépa) :

il passe de premier de la classe en Terminale S à 33ème sur 33 en prépa…Il se sent en échec, le doute s’installe, il perd peu à peu confiance en lui et perd ses moyens lors des contrôles, il s’énerve, s’en veut et dort très mal.

Nous avons fait quatre séances dont celle sur le stress, savoir en reconnaitre les signes et en prendre le contrôle. Puis une séance sur le sommeil, apprendre à lâcher son mental à se concentrer sur sa respiration, sur son ventre, une séance sur l’émergence de ses capacités, celles qu’il a en lui mais dont il n’a plus conscience depuis qu’il se sent en échec. Et enfin la séance du « geste signal », ce geste conditionné que l’on va associer à une réussite, à un bien-être et qui viendra à son secours très rapidement et ce dès que le besoin s’en fera ressentir.

Aujourd’hui Quentin a compris que cette année de prépa n’était pas un échec mais une expérience qui lui a fait comprendre qu’il n’était pas dans son élément. Il est à présent dans une école d’ingénieur qui lui convient très bien.

Marie 13 ans (4ème) :

Marie a deux sœurs d’âges rapprochés… elle se situe au milieu et a du mal à trouver sa place.

De plus elle a des migraines régulières qui l’obligent à prendre de nombreux médicaments et elle souffre d’une grande timidité.

Nous avons commencé par une technique de soulagement de la douleur. De rechercher ce qui pouvait l’apaiser comme imaginer du froid sur son front. En effet, avec un peu d’entrainement, il est possible par notre esprit, d’envoyer du bien-être, de l’apaisement  vers la partie de son corps qui en a besoin. Marie a ainsi pu diminuer sa dose quotidienne de paracétamol.

Puis nous avons utilisé la technique de retour sur l’enfance, visualisation des capacités qu’elle avait à l’époque, celle d’aller plus facilement vers les autres par exemple et de projeter cette ou ces capacités dans le présent, de s’imaginer dans une situation d’aujourd’hui réussissant à prendre sa place par exemple.

Sidonie 17 ans (Terminale ES) :

Très jolie, sportive, bien dans sa famille et avec ses amis. Et pourtant Sidonie a un grand manque de confiance en elle, elle est très angoissée, travaille énormément. Sa maman me dit avoir été comme cela à son âge.

Ses professeurs lui ont déconseillés d’envisager une prépa malgré son potentiel, car ils craignent qu’elle ne le vive trop mal.

Nous avons d’abord travaillé sur le stress (savoir l’anticiper pour cela en connaitre les signes sur son corps), la confiance en soi (revenir sur le passé, les réussites), puis le lâcher-Prise avec également une séance sur le sommeil (trop angoissée Sidonie avait du mal s’endormir) Enfin un séance sur la visualisation positive (Se voir réussir aux épreuves du bac) et celle du « geste signal » ce geste simple discret que Marie aura choisi et empli de calme, de paix de confiance et qu’elle ira chercher dès que le besoin s’en fera ressentir. Elle ressentira alors automatiquement et très rapidement (grâce à ses entraînements), tous ce bien-être, ce calme dont le geste est porteur.