Prendre rendez-vous en ligne

La sophrologie pour les séniors

« Il est bon de s’imprégner du bon »

Pourquoi viennent-ils :

L’entrée dans cette période de la vie se fait toujours plus ou moins facilement… Peu à peu la confiance en son corps est mis à mal, les problèmes de sommeil apparaissent, la concentration est plus difficile, la mémoire moins fiable, des soucis de santé peuvent apparaître.

Ce que je peux leur offrir :

Nous connaissons à présent les bienfaits de la relaxation telle que la sophrologie ou la méditation sur notre santé et nous aide à bien vieillir.

Facile à mettre en place, non invasive, douce et basée sur l’écoute, la sophrologie permet aux séniors de se poser, d’être à l’écoute de leur corps, de se ressourcer dans un environnement calme et bienveillant et ainsi de préserver leur équilibre intérieur.

Mes rencontres :

Christiane  (59 ans) :

Tendance à l’effacement.

Problèmes relationnels avec une mère qui ne lui a jamais témoigné  d’amour.

Premier mariage très douloureux, un cancer du sein, l’arrivée de la ménopause et une grande difficulté à s’affirmer.

Nous avons fait des techniques de respiration et de visualisation positive. Aller chercher un souvenir une image très positive et s’en emplir, l’offrir à tout son corps.

J’ai également proposé la technique de la Présence Relaxante, cette technique où la personne va rechercher tout ce qui peut lui faire du bien, potentialiser ses exercices de sophrologie et ces petits moments de joie du quotidien qui vont  constituer sa « Présence relaxante » et pouvoir la solliciter dès qu’elle en ressentira le besoin.

Christiane aujourd’hui va beaucoup mieux et a trouvé une nouvelle occupation qui la comble en s’occupant tous les soirs d’un petit garçon. Elle a ainsi su se recréer une vie sociale qui lui manquait.

Yvonne (67 ans ) :

Cancer, maladie, douleurs, hyper activité…

Technique de respiration et de soulagement de la douleur. (la technique du soin qui apaise la ou les parties du corps douloureuses)

Apprendre à se poser, à trouver son équilibre intérieur en elle et non dans l’activité incessante.